18 février 2009

La vérité et la démocratie !

Un des éléments essentiels à une société qui valorise la démocratie est la vérité.

Il faut donner l’heure juste si on veut vraiment que les électeurs puissent exercer leur libre choix.

Jean Charest, Monique Jérôme-Forget et tous les autres libéraux ont failli à cette règle. Ils l’ont transgressée consciemment, volontairement.

Ils ont volé la dernière élection, point à la ligne !

Desmarais était tellement heureux qu’il a appelé son laquais pour qu’il lui remette la Légion d’honneur.

Ils ont le culot de nous dire, sans rire, que tout s’est passé en janvier.

Premièrement, le laquais aurait dû lui remettre la Légion de la honte.

Deuxièmement, personne ne me convaincra que nous vivons en démocratie tant et aussi longtemps que la société n’aura pas le pouvoir de démettre un gouvernement qui lui ment aussi effrontément.

Par voie de conséquence, nous devons exiger la démission de ce gouvernement de la honte et du mensonge.

Leur définition de la démocratie ?

Cause toujours !


Tiens ! Tiens !

J'ai envoyé ce texte au blogue de l'édito dans Cyberpresse. Le texte a été publié, mais on a enlevé ce qui suit :

Desmarais était tellement heureux qu’il a appelé son laquais pour qu’il lui remette la Légion d’honneur.

Premièrement, le laquais aurait dû lui remettre la Légion de la honte.

À vous de tirer vos conclusions.

3 commentaires:

Louise a dit...

Bonjour Partipris,
Cette censure devient omniprésente, ou est-ce mon imagination?
Il me semble que l'on nous serre la vis de plus en plus.
C'est une situation irritante, frustrante et inquiétante.
J'exagère ou j'ai raison? Je préférerais exagérer, ce serait plus rassurant.
LOUISE/SAPINE

Parti Pris a dit...

Elle existe. Est-elle omniprésente ? Je ne sais pas.

Quand je m'en rends compte, je la dénonce.

Mais je ne suis pas de ceux qui voient des conspirations partout.

Je pourrai probablement bientôt vous en dire plus sur la censure; lorsque je publierai mon prochain texte, comptez sur moi pour dénoncer toute censure dont je serais victime.

P.S. Ah oui. Je vous ai lue ce matin dans le blogue de Paul Roux au sujet du "Bon matin" de Patrick Lagacé. Lorsque j'ai vu ça, je lui ai envoyé un courriel pour le lui souligner, et il a aussitôt corrigé. Il n'aime pas se faire reprendre en public.

Louise a dit...

Bonjour,
Juste un petit merci, j'apprécie que vous ayez pris la peine d'écrire à Patrick Lagacé.

En effet, il n'aime pas se faire prendre en faute en public, je pense qu'il est peu sûr de lui, il se sent facilement menacé.

Mais en tant que «blogueur en chef», il doit faire preuve de plus d'assurance et d'ouverture d'esprit. Il semblerait que ce ne soit pas donné à tous.

Tout le monde fait des erreurs un jour ou l'autre, c'est normal, il n'y à pas de quoi en faire un plat, mais il faut le reconnaître et tenter de s'améliorer. Rester humble quoi.
Bon, au plaisir de vous lire à nouveau, ici, et dans le site du journal La Presse.
Bonne journée à vous,
LOUISE/SAPINE

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !