21 février 2009

Québec, une ville à conquérir !

Une grande partie de la vieille ville de Québec appartient au Canada.

Je tombe des nues. Je savais que le Canada nous avait volé le Labrador, en 1809, pour le remettre à Terre-Neuve, mais que jusqu’à 40 % de la vieille ville de Québec appartienne encore au Canada, c’est vraiment le comble.

«  L'ancien président de la Commission de la capitale nationale, Pierre Boucher, faisait remarquer mercredi dans nos pages qu'au cours du XXe siècle, «la présence du gouvernement du Canada à Québec a pris une proportion stupéfiante». Il estimait la part de propriété fédérale à 40 % du territoire de la ville fortifiée et de ses alentours, « au point où même une portion de la place de l'Assemblée nationale est localisée en terre fédérale ».

Le gouvernement Charest a formellement demandé à son vis-à-vis fédéral, en 2006, d'enfin devenir propriétaire de certains terrains qu'il lui loue devant le parlement à Québec.
 » Selon le journaliste du Devoir, Antoine Robitaille.

Le tout nous a été imposé en 1881. Nous sommes évidemment la seule province du Canada dans cette situation.

Le gouvernement Charest a demandé, en 2006, la restitution d’une partie seulement de ce territoire; celui qui jouxte l’Assemblée nationale. Leur demande est restée lettre morte. Et le reste ? À l’évidence, ils ne l’ont fait que pour des raisons administratives. Fierté nationale ? Exigence légitime de récupérer notre territoire ? Non. Ces sentiments leur sont aussi étrangers que les larmes le sont aux poissons. Quelle bande de mollassons.

Je ne fais pas de partisanerie politique.

Je me fous des partis politiques.

Il n’ y a pas que les libéraux, il y a aussi le Parti Québécois.

Ce dernier a pris le pouvoir, pour la première fois, en 1976, il y a un peu plus de 32 ans.

Nous ont-ils déjà parlé de cette « occupation », par le Canada, de la Capitale du Québec ? Non.

Pire.

Le savaient-ils ?

Dans un cas comme dans l’autre, cela les déshonore complètement.

Quelle indécence !

Certains se plaisent à répéter qu’on a les gouvernements qu’on mérite. Moi je dis qu’on n’a ni les partis politiques ni les gouvernements qu’on mérite.

Il serait peut-être temps qu’on se prenne en mains.

1 commentaire:

Louise a dit...

Bonjour partipris,
Heureusement que j'étais bien assise quand j'ai lu votre billet, autrement je serais tombée par terre.


Il est vrai que les libéraux de Jean Charest ne sont pas les seuls reponsables, l'inertie du parti québécois lorsqu'il détenait le pouvoir est aussi regrettable, encore plus si l'on tient compte du fait qu'il s'agit d'un parti, soi-disant qui a la fibre patriotique plus développée, et ils n'ont rien fait pour changer les choses, c'est honteux!! Et comme vous le signalez, s'ils l'ignoraient ce n'est guère mieux.

Mais je ne comprends pas cette situation INCONFORTABLE dans laquelle nous nous trouvons, et pourquoi nous seulement?

D'après ce que je comprends, nous nous sommes fait avoir pour la énième fois, le Labrador, ça et tout ce que nous pourrions découvrir si nous grattions encore un peu.

Bien sûr il faudrait se prendre en mains, mais nous n'avons pas l'air «partis pour ça», enfin c'est mon avis.

Comme le dit si bien un ami : «y'a pas d'erreur, 250 ans de colonialisme ça marque les esprits faibles», et d'esprits faibles, il y a beaucoup ce me semble, ou me trompe-je?
Mais gardons espoir, je veux être optimiste...à condition que je ne réfléchisse pas trop longemps...:-)

Bonne semaine à vous partipris, je pars me changer les idées dans la nature.
LOUISE/SAPINE

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !