9 mai 2009

Le Bloc : un des trous noirs de l’énergie souverainiste


Le Bloc : le Bloc est certainement utile, mais à qui ?


Le Bloc peut effectivement gagner des choses pour le Québec.

Le Bloc conforte les Québécois qui manquent de confiance en eux.

Le Bloc apporte une aide précieuse lorsqu’un scandale éclate; pensons à celui des commandites.

Le Bloc sert de soupape à tous les indépendantistes et souverainistes, mous, tièdes, purs et durs; ça les fait patienter.

Ils patientent depuis longtemps déjà.

Le Bloc rassure le parti politique qui, selon les circonstances, n’a pas besoin du Québec pour gagner une élection.

Le Bloc est même intervenu pour préserver la culture canadienne-anglaise.


Je ne mets aucunement en doute la bonne volonté et l’honnêteté des élus du Bloc. Je laisse ça à ceux qui carburent à la mesquinerie.


Oui, nous l’avons vu, le Bloc est utile.


Je crois même qu’il est très utile, mais pas pour les raisons que je viens de mentionner.


Le Bloc aura bientôt 20 d’existence. Il a été créé dans la mouvance de l’échec de Meech comme pour dire au ROC que le Québec en avait assez.

Le Bloc n’a malheureusement pas empêché, en 2 000, la « Loi sur la clarté » d’être adoptée.

Le Bloc rassure les Canadians et les fédéralistes. Ils se disent certainement que toute l’énergie déployée et l’argent dépensé pour rester là, c’est moins d’énergie et d’argent pour préparer la création du pays du Québec. Les Canadians et les fédéralistes tremblent à la seule idée que le Bloc pourrait se dissoudre pour se consacrer à accélérer la création du pays du Québec.

Le Bloc est le meilleur rempart des Canadians et des fédéralistes contre la création du pays du Québec parce qu’il sert de défoulement, une espèce de trou noir qui avale l’énergie souverainiste, indépendantiste.


Le Bloc existe depuis plus de 18 ans. Y a-t-il encore quelqu’un qui considère que son existence est essentielle à l’accélération du processus de création du pays du Québec ? Certainement pas moi. Je crois même le contraire.


Le jour où le Bloc va démissionner en « bloc » pour venir travailler ici, le ROC va trembler. Tant que le Bloc reste à Ottawa, le ROC dort tranquille !

10 commentaires:

Casimir a dit...

Bonjour monsieur Laurence,

Je peux bien admettre avec vous que le Bloc n'a pas permis de faire avancer la cause indépendantiste. Chose certaine ce n'est pas à Ottawa que nous ferons l'indépendance.

Par contre, j'aimerais que vous m'expliquez le rôle que vous envisagé pour les gens du Bloc au Québec.

Parti Pris a dit...

Je ne suis pas bêtement pour un retrait immédiat.

Je crois que la démission en bloc du Bloc, à un moment soigneusement choisi pour avoir un impact maximal, enverrait un signal fort au ROC que la récréation est terminée.

Continuons de réfléchir à ce qu’ils pourraient faire une fois revenus au Québec. Chose certaine le Québec aura toujours besoin de bons militants indépendantistes. Pour l’instant, je me dis qu’une fois ce signal envoyé au ROC, chacun d’eux deviendrait certainement un pivot majeur du mouvement chacun dans sa circonscription.

Casimir a dit...

Monsieur Laurence,

Moi aussi je pense que le Bloc n'apporte pas grand chose. Par contre, je ne suis pas certain de l'impact d'un rapatriement au Québec dans le contexte actuel (les leaders indépendantistes ne savent pas où ils vont !).

C'est certain qu'une telle démission en bloc qui pourrait se faire disons lors d'une campagne référendaire ou d’une élection décisionnelle serait percutante. J'avoue que cela donnerait un signal clair à la population québécoise.

Par contre, imaginez le pouvoir des députés du Bloc comme négociateurs à Ottawa lors de la sécession. Bref, je suis hésitant entre les deux options.

Bonne soirée!

Parti Pris a dit...

À ce que je lis, il semble que nous partagions la même vision des choses.

Cependant, je ne suis pas certain de ce que vous avancez "...le pouvoir des députés du Bloc comme négociateurs à Ottawa lors de la sécession". (moi je dirais : lors de la création du pays du Québec)

En plus, pour ce faire, il faudrait qu'ils en aient reçu le mandat des représentants élus des Québécois à l'Assemblée nationale; leur élection à Ottawa comme bloquistes ne leur donne pas de facto l'autorité de négocier pour nous.

Je ne dis pas que je suis contre, je dis seulement qu'ils devraient en avoir reçu expressément le mandat de notre part.

Anonyme a dit...

Voilà un exemple du vrai problème de notre pays : La division des souverainistes. Le Bloc est démocratique, le Bloc nous représente au parlement d'occupation, le Bloc fait un travail systématique et professionnel, le Bloc joue un rôle important. Plutôt que de s'attaquer aux nôtres, combattons l'anglo-impérialisme.

Parti Pris a dit...

Cher.........Monsieur Anonyme,

Ëtes-vous bien certain d'avoir lu mon texte ? J'ai comme l'impression que vous n'avez lu que le titre.

Je n'ai jamais attaqué le Bloc.

Bonne journée anonyme, cher ....Monsieur Anonyme.

Moi je signe !

Polémix a dit...

Bien sûr que j'ai lu votre texte, voyons. Et si on suit votre logique alors il faut pas rien qu'éliminer le Bloc mais aussi le PQ, le PI, l'ADQ, l'OQLF, la loi 101, la loi sur le bilinguisme officiel et toutes choses qui n'est pas franchement fédéraliste ou qui nous confortent dans le Canada des anglos.

En passant; loin de prendre notre énergie et nos moyens, les députés du Bloc vont chercher en moyenne 500 000 $ chacun au fédéral. C'est notre argent et, sans le Bloc, il irait à des fédéraliste.

Polémix (content ?)

Parti Pris a dit...

"Bien sûr que j'ai lu votre texte, voyons. Et si on suit votre logique alors il faut pas rien qu'éliminer le Bloc mais aussi le PQ, le PI, l'ADQ, l'OQLF, la loi 101, la loi sur le bilinguisme officiel et toutes choses qui n'est pas franchement fédéraliste ou qui nous confortent dans le Canada des anglos."

Ah oui ? Si vous l'avez lu, vous n'avez rien compris, vous avez tout faux !

Bonne journée (pas de temps à perdre)

Phil a dit...

On ne peut pas "rapatrier le Bloc". Si tous les députés du Bloc démissionnaient en même temps, je ne vois pas en quoi ça pourrait aider l'indépendance.

Ils se présenteraient aux élections québécoises? On ne manque pas de candidats...

Ils pourraient faire de l'animation politique souverainiste? Avec quel budget? Ils auront démissionné du gouvernement fédéral et le PQ, QS et les autres n'auront pas plus d'argent dans leurs coffres.

Les donateurs n'auront plus qu'à donner à un seul parti politique plutôt que deux? Le crédit d'impôt fédéral sera aussi perdu. Les souverainistes qui donnent 800$ en tout au Bloc et au PQ reçoivent 600$ de retour d'impôt. S'ils donnent seulement au PQ, ils ne recevront que 300$... Ils donneront moins.

L'équation est claire: rapatrier le Bloc au Québec, c'est décimer nos forces.

Parti Pris a dit...

Bonjour Phil,

Avez-vous vraiment tout lu avant de sombrer dans votre délire mathématique ?

Je n’ai jamais écrit qu’il fallait rapatrier le Bloc tout de suite. J’ai même écrit qu’il fallait le faire à un moment stratégique.

Pour l’instant, le Bloc a son utilité, mais il est tout aussi pénalisant qu’utile.

L’indépendance, ça ne se négocie pas, ça se fait. C’est après qu’on négocie.

Le moins que l’on puisse dire c’est que votre recette n’a pas donné les résultats espérés; je vous invite donc à vous joindre à nous.

40 ans d’existence pour le PQ, une vingtaine pour le Bloc, où en sommes-nous ?

Lequel de nous deux vit dans le passé ou dans ses rêves ?

Lequel de nous deux s’occupe ?

Vous me semblez plus fort en mathématique qu’en politique, chacun sa force.

Avec la renaissance du R.I.N., je propose d’aller de l’avant, je propose un moment historique, je propose la marche finale du peuple vers son indépendance; vous préférez faire des mathématiques.

Utiliser l’argent du fédéral pour créer notre pays ?

Vraiment ?

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !