23 novembre 2009

Charest tu dors, ton moulin, ton moulin...

L'Allemagne impose des « contrats d'intégration » aux immigrants
Agence France-Presse

L'an dernier, l'Allemagne a également, à l'instar d'autres pays européens, introduit un test de connaissances sur le pays pour les personnes souhaitant acquérir la nationalité allemande.

Le gouvernement allemand préconise des « contrats d'intégration » pour les nouveaux immigrés en Allemagne, a annoncé lundi la chargée de l'Intégration du gouvernement, Maria Böhmer.

« Celui qui veut vivre ici pour longtemps et qui veut travailler doit dire « Oui » à notre pays », a déclaré la responsable conservatrice au journal régional Stuttgarter Nachrichten. « Cela inclut la maîtrise de la langue allemande et la disposition à participer à la société », a-t-elle ajouté.

Les contrats d'intégration doivent définir à la fois «ce que les immigrés peuvent attendre comme soutien » de la part des pouvoirs publics et en échange, « ce que nous attendons des immigrés », selon Mme Böhmer.

Parmi les valeurs que se doivent de respecter les immigrés, la chargée du gouvernement a cité la liberté d'opinion et l'égalité des sexes.

Elle a relevé des « déficits importants » en matière de langage et de performances scolaires dans des «sociétés parallèles» de certains quartiers des grandes villes allemandes.

Mme Böhmer considère par ailleurs que les réussites de la population d'origine immigrée, qui correspond à 15,1 millions de personnes en Allemagne, doivent être davantage mises en avant, évoquant «ceux qui finissent l'école, qui étudient, qui créent des sociétés et ceux qui sont ingénieurs, médecins ou avocats».

L'an dernier, l'Allemagne a, à l'instar d'autres pays européens, introduit un test de connaissances sur le pays pour les personnes souhaitant acquérir la nationalité allemande.


Charest, continue de dormir.

Sarkozy, mets ça dans ta pipe.

Madame Marois, cessez d'hésiter. C'est beau de discuter, mais il faut aussi agir !
Il y a une vie avant 2011 !

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !