4 octobre 2010

Chef ou leader ?

Note aux lecteurs : Il serait intellectuellement malhonnête de voir du dénigrement dans ce texte. Et en guise d’information, le mot "leader" est accepté partout dans la francophonie.


Qu’est-ce qu’un chef ? C’est une personne qui commande, qui dirige, qui exerce une autorité, une influence. J’ajoute qu’un chef est habituellement élu. 

Qu’est-ce qu’un leader ? C’est une personne d’abord charismatique, qui possède le côté inné de « guider » les autres, se faire écouter et même admirer. J’ajoute qu’un leader, lui, à la différence du chef, est reconnu.

Tous les pays, tous les mouvements sociaux, tous les partis politiques, tous les mouvements citoyens ont, à une époque ou à une autre, connu l’exaltation et l’efficacité que sait insuffler un vrai leader.

Je ne crois pas avoir besoin d’écrire des noms, tous les Québécois sont capables d’identifier les leaders qu’ils ont connus. Quant aux étrangers, nous les connaissons tous aussi.

Alors, je pose la question.

Madame Marois est-elle une chef de parti ? Oui, c’est un fait incontestable. Elle a été couronnée par les membres du PQ.

Madame Marois est-elle une leader ? Non. Ça me semble évident.

Mais elle n’est pas la seule. Il n’y a aucun leader présentement au Québec, tous partis politiques confondus.

Comme je l’ai écrit dans mon commentaire au sujet du texte de Monsieur Sauvé, nous n’avons nul besoin de jouer les gérants d’estrade. Qu’on laisse cette fonction stérile aux amateurs de sport professionnel.

Madame Marois est la chef du PQ. Il appartient au PQ d’élire son chef.

Travaillons à raviver la flamme indépendantiste chez les Québécois, c’est la seule chose à faire.

Un leader, ça émerge, un leader, ça surgit, un leader ça s’impose de soi si tant est que quelque chose ou une situation lui en fournisse l’occasion.

Le vrai leader n’a à dénigrer personne tellement il rallie par ses mots, ses idées, ses objectifs, son charisme.

Et ne me parlez pas de « sauveur » ou d’attendre le « sauveur ». Nous n’en avons pas besoin.

C’est un leader qu’il nous faut. Mais attention, il ne faut pas tomber dans le piège de se mettre à sa recherche.

Levons-nous, organisons-nous, battons-nous pour l’indépendance et tant mieux si un leader surgit, on gagnera du temps.

4 commentaires:

Le Gentil Astineux a dit...

«Note aux lecteurs : Il serait intellectuellement malhonnête de voir du dénigrement dans ce texte.»-NDL

«Madame Marois est-elle une leader ? Non. Ça me semble évident.»

?!

Parti Pris a dit...

@gentilastineux

Ou vous n'avez pas lu le texte ou vous ne l'avez pas compris.

Pour vous aider, je vais nommer quelques personnes que je considère être des leaders : au premier chef, Pierre Bourgault, Obama, Castro, De Gaulle. Dois-je en ajouter ?

Constater que madame Marois n'est pas de cette trempe, ce n'est pas la dénigrer, c'est être capable de voir la réalité en face.

L'Effectif a dit...

Mme Marois n'a pas été élue par les membres du parti, c'est faux!

Elle a été couronnée suite au dégonflement de Duceppe.

FP

Parti Pris a dit...

@l'effectif

C'est vrai. Mais ça ne change rien à la différence qu'il faut faire entre chef et leader.

Il appartiendra aux membres du PQ de lui accorder ou non, le moment venu, leur vote de confiance.

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !