22 octobre 2010

Culture Montréal : mais de quelle culture parle-t-on ?


Aucun de nos quotidiens n’a publié cette lettre.


Que Gesca ne la publie pas n’étonnera personne, Culture Montréal fait très bien son travail de déni de la culture québécoise et du fait français à Montréal. Mais que LE DEVOIR ne la publie pas, ça je ne comprends pas. J’aimerais bien connaître le nom des personnes au Devoir qui ont lu cette lettre et qui ont décidé de ne pas la publier.


Monsieur Lisée a écrit dans son blogue : « Le multiculturalisme canadien n’est pas mort. Mais il n’est plus triomphant. Ni dans l’opinion, ni dans l’intelligentsia, ni au gouvernement, ni même dans les hautes sphères du droit.

Pour le Québec, c’est une bonne nouvelle. Cela signifie que, demain, un gouvernement du Parti québécois qui voudrait redéfinir concrètement et juridiquement une identité et une citoyenneté québécoise laïque se heurterait à une résistance moins déterminée du Rest-of-Canada. »

Cela est peut-être vrai, MAIS le multiculturalisme canadien sévit encore et depuis longtemps dans un domaine particulièrement sensible pour les Québécois, la culture.

C’est la philosophie de Culture Montréal depuis 28 février 2002 et tout le milieu culturel est tombé dans le panneau.

Je vous mets au défi de trouver dans le site Internet de Culture Montréal le terme « culture québécoise » et « Montréal, métropole culturelle francophone ». Rien. Vous ne les trouverez pas. Pas plus que vous n’avez jamais entendu ces mots dans la bouche de leur porte-parole.

Pire, vous allez trouver une nouvelle notion, celle de la culture montréalaise et vous lirez beaucoup sur la diversité culturelle montréalaise.

« Culture Montréal participe à la définition et à la reconnaissance de la culture montréalaise, dans sa richesse et sa pluralité, à travers des activités de recherche, d’analyse et de communication. »

« Contribuer au positionnement de Montréal comme métropole culturelle par la mise en valeur de sa créativité, de sa diversité culturelle et de son rayonnement national et international. » 

Depuis ses tout débuts, et encore maintenant, Culture Montréal aseptise la culture pour mieux occulter la culture québécoise. 

Partout où Culture Montréal sévit, on ne parle plus de « Montréal, métropole culturelle francophone », mais bien de « Montréal, métropole culturelle » - Conseil des Arts de Montréal, Réseau Accès-Culture Montréal, etc.

Et on ne parle surtout jamais de culture québécoise, mais de culture et tiens, pourquoi pas, de culture montréalaise comme si la culture qu’on retrouve à Montréal n’était pas la culture québécoise. Il n’y a au Québec qu’une seule culture, la culture québécoise; elle s’enrichit de l’apport de toutes les cultures du monde grâce à la présence de plusieurs communautés culturelles qui ont choisi de vivre avec nous, de devenir Québécois. Mais, contrairement au discours de Culture Montréal, la culture n’est pas aseptisée et quand on se bat pour défendre, sauvegarder et faire fleurir notre culture, ce sont toutes les cultures du monde qu’on défend et qu’on aime, mais jamais au détriment et au mépris de la nôtre.

Ce n’est pas anodin que Culture Montréal n’utilise jamais les mots québécois et francophone quand cet organisme parle de Montréal ou de culture.

Michel Laurence

Aucun commentaire:

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !