2 décembre 2010

Le budget Tremblay, indécent !

Culot, indécence, incompétence, démagogie, laisser-faire et, surtout, ne rien faire.

Voilà ce que je pense de Tremblay et de son administration.

Oubliez ça les coupes de quelque 250 millions que Tremblay promet. Il n’y en aura pas.

Tremblay appartient à la même « famille » libérale que Charest; il utilise les mêmes tactiques, les mêmes mensonges.

Alors, j’ai aussi quelques questions pour Tremblay :

Vous avez vous-même déclaré, pour essayer de vous refaire une virginité, avoir souvent téléphoné à la police pour leur signaler des indices de corruption dans les rapports entre la ville et la construction. Qu’arrive-t-il avec ces enquêtes ? Nous n’avons eu aucune nouvelle depuis très très longtemps.

Les coupes que vous comptez faire ? Est-ce un ballon, une improvisation de dernière minute comme l’a fait Charest dans le budget Bachand ? Sinon, vous devriez pouvoir nous donner plus de détails sur le sujet. Nous attendons.

Dans vos rapports avec le monde de la construction, vous avez, depuis des années, accepté, par votre incurie, de payer 30 % de trop avec notre argent pour les travaux municipaux. Ne pourriez-vous pas leur demander de rembourser à la ville les dizaines de millions qu’ils ont reçus en trop au lieu d'imposer les propriétaires d'automobile ?

Vous êtes certainement le pire maire que nous avons eu, pire même que Jean Doré. Ce qui n’est pas peu dire. Pour les plus vieux, vous réussissez même à nous faire regretter Sarto Fournier.

Dommage que la population ne soit pas consciente de son pouvoir. Si 100 000 citoyens s’engageaient à ne pas payer leur compte de taxe, vous ne pourriez rien faire.

Tiens, ça me donne une idée. Je vais de ce clic créer une page Facebook de désobéissance civile « Je demeure à Montréal et je refuse de payer mes taxes municipales ».

On verra bien si la colère peut venir à bout de votre culot, de votre indécence et de votre  incompétence.

Un des raisins que vous ne cessez d’écraser.

Aucun commentaire:

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !