3 juin 2010

Réforme du droit d'auteur

« Accepteriez-vous de continuer à travailler si on cessait de vous payer ?

Ce projet de loi est ridicule et une véritable insulte à l'égard des artistes et des créateurs.

Je connais personnellement des gens qui téléchargent tout ce qu’ils veulent. Musique, films, séries télévisées, etc.

Le gouvernement Harper laisse tomber les créateurs. Oubliez les grosses compagnies; pensez aux compositeurs, aux auteurs de chansons, aux interprètes (chanteurs). Aimeriez-vous que tout le monde puisse profiter de votre travail gratuitement ? Qu’on cesse de vous payer pour votre travail ?

C’est ce que le gouvernement Harper a décidé de faire, en confondant tout le monde et en enveloppant la chose avec de faux droits comme celui pour un créateur de se plaindre s’il apprend qu’une personne a copié son œuvre : ridicule ! C’est un peu comme dire au peuple que la meilleure preuve qu’il est libre c’est qu’il peut partir quand il veut pour faire un voyage sur la lune.

Il ne s’agit pas de réinventer le monde, le moyen de dédommager les artistes existe déjà, mais ne s’applique pas aux produits numériques. Une simple redevance payée par les consommateurs, minime comparée au coût d’achat de ces produits qui coûtent souvent plusieurs centaines de dollars. Cet argent est remis à des sociétés dont la mission est de redistribuer cet argent aux artistes et aux créateurs.

C’est simple, mais il faut faire un choix politique et Harper laisse tomber les artistes.

À tous ceux qui sont contre ce simple principe qu’on appelle la « redevance pour la copie privée », je pose la question suivante : « Accepteriez-vous de continuer à travailler si on cessait de vous payer ? »

2 juin 2010

Inclusif ou soumis ?

L'Autre Saint-Jean

« C'est la fête du Québec, peu importe sa couleur ou sa langue. » Pierre Thibault.

Erreur ! C’est la Fête nationale ! Il y a le Québec et la nation québécoise. La langue de la nation québécoise est le français. Pierre Thibault ne cherche qu’à faire parler de lui et, le problème, c’est que ça marche. On parle de lui. Si Thibault était honnête, son spectacle s’appellerait « Fêtons le Québec ! ». Il serait alors normal que des artistes québécois anglophones, italophones, hispanophones, etc. y participent.

Personne d’intelligent et d’ouvert ne s’est jamais opposé à la présentation de spectacles en anglais ou incluant de l’anglais, mais pour souligner la Fête nationale, c’est en français que ça doit se passer.

Imaginer ce qui se passerait si, pour souligner la Fête nationale israélienne, le 14 mai, on invitait un groupe qui chante en arabe.

Accepter l’anglais lors de notre Fête nationale, ce n’est pas être inclusif, c’est être soumis.

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !