9 septembre 2011

Indépendance du Québec : une perception erronée qui nous paralyse !

Durant les 18 mois que j’ai consacrés à ressusciter le R.I.N. j’ai eu l’occasion de discuter avec plusieurs Québécois.

Ce qui suit vous étonnera probablement puisque personne n’en parle jamais.

Plusieurs se sont exprimés sur ce qui ne va pas au PQ, je ne vais donc pas m’étendre sur ce sujet. Je vais me contenter de mentionner l’ « objection » dont on m’a plusieurs fois fait part.

Plusieurs Québécois ne veulent pas voter pour l’indépendance parce qu’ils sont convaincus que seul le PQ pourra alors gouverner le Québec.

Je ne sais pas pourquoi personne n’en parle. Est-ce par manque d’écoute, par volonté d’occulter cette perception ou pour toute autre raison ? Je ne sais pas. Mais il faut démolir ce préjugé, cette perception qui perdure depuis des dizaines d’années.

Les Québécois doivent comprendre qu’au lendemain de la déclaration d’indépendance, plusieurs partis politiques se formeront de gauche, de centre et de droite pour obtenir le mandat de gouverner cette nouvelle République du Québec.

Il faudrait que Cap sur l’indépendance en parle.

Il faudrait que le R.I.N. en parle.

Il faudrait même, s’il est sincère, que le PQ en parle.

Vive la République du Québec !

2 commentaires:

Michel Vallée a dit...

Bonjour Michel,

Je ne sais pas qui tu fréquentes. Dans mon entourage personne, j'en suis certain, ne pense que le Parti Québécois serait le seul parti à pouvoir gouverner le Québec, advenant qu'il devienne une république.

Michel Laurence a dit...

Si on veut avancer et surtout faire avancer la cause, il faut oser sortir de sa zone de confort, oser traverser la frontière de notre bulle amicale pour communiquer avec les autres Québécois, ouvriers, chômeurs, etc.; il n'y a pas que des intellectuels dans le Québec.
Malheureusement, ta réponse me confirme qu'il y a longtemps que tu n'es pas sorti de ton voisinage. C'est une autre des raisons pour lesquelles la cause ne progresse pas.

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !