23 février 2011

La colère est bonne conseillère !

« Et moi je sens en moi
Dans le tréfonds de moi
Pour la première fois
Malgré moi, malgré moi
Entre la chair et l'os
S'installer la colère. »
Félix Leclerc


Qu’est-ce qui motive l’action  des Tunisiens, des Égyptiens, des Algériens, des Libyens, des Sud-Soudanais, des Yéménites, etc. ? La soif de liberté, la fin de la dictature, bien sûr, mais d’abord et avant tout, c’est surtout la colère.

Au Québec, nous avons toutes les raisons d’être en colère. La preuve en est le succès extraordinaire de la pétition exigeant la démission de Jean Charest. Mais plutôt que d’attiser cette colère populaire, de la canaliser, de l’exacerber, on a plutôt cédé devant le Bonhomme Carnaval, tout annulé, pour en arriver à diluer le discours de telle façon que plus personne ne s’y reconnaissait.

Toute cette colère s’est donc exprimée en vain. 

Rappelez-vous les moments où les Québécois se sont le plus mobilisés. Le moteur de chaque mobilisation importante a été la colère : la place des Canadiens-Français dans le monde des affaires, l’accès aux études universitaires, l’opposition au Bill-63, le premier Front commun des trois centrales syndicales d’alors FTQ, CSN, CEQ, les luttes pour la défense de la langue française à St-Léonard et à McGill, les échecs de Meech et de Charlottetown, pour ne nommer que celles-là.

Notre Colère devra s’exprimer à tous les niveaux - municipal, provincial, fédéral : il faut tout changer.

Première étape : se débarrasser du PLQ qui a érigé la corruption en système et qui vole toutes nos richesses.

Pour vous rafraichir la mémoire et attiser votre colère :

Le PLQ c’est : 

Perte de 40 000 000 000 $ à la Caisse de dépôt et placement du Québec.
Nomination douteuse à la présidence de la Caisse de dépôt et de placement du Québec
Contrats sans appel d’offre.
Conflits d’intérêts.
Scandales dans les garderies.
Utilisation de carte de crédit d’entreprises privées.
Scandales dans le financement du Parti libéral du Québec.
Contrats accordés à des compagnies reconnues coupables de collusion.
Changement aux règles d’éthique.
Favoritisme envers les entrepreneurs finançant le Parti libéral.
Double salaire versé au premier ministre.
Refus d’une commission d’enquête publique sur les irrégularités dans la construction.
Déclenchement des dernières élections sous de fausses représentations.
 Financement de festivals en échange de dons au Parti libéral du Québec.
Taxe fixe en santé.
Hausse des tarifs d’électricité du bloc patrimonial.
Augmentation de la taxe sur le carburant.
Hausse de la taxe de vente.
Réduction de 459 hectares du parc du Mont Orford.
Assimilation des francophones au Québec de 2 % depuis qu’ils sont au pouvoir.
Anglicisation des milieux de travail.
La non-francisation des immigrants.
Réduction des droits des travailleurs avec la Loi 31.
Exploitation de nos richesses du Nord par des entreprises étrangères.
Continue à payer un loyer au Gouvernement canadien pour les terrains de l’Assemblée nationale.
Négociation en cachette du Traité de l’approche commune.
Construction d’un méga-hôpital pour la minorité anglophone.
Réforme du calendrier scolaire.
Allégations d’échanges d’argent comptant.
Allégations de nominations partisanes de juges.
Allégations de pressions politiques indues au sein du gouvernement.
Allégations de trafic d’influence
Accepte de subir les injustices d’Ottawa dans ses budgets.
Accepte que nous payions des impôts pour financer la guerre du Canada en Afghanistan.
Accepte les intrusions du fédéral dans les compétences provinciales.
Vends les droits de prospection pétrolière sur l’île d’Anticosti pour une somme ridicule.
Agis dans l’intérêt de l’industrie plutôt que de la population en ce qui concerne les gaz de schiste. (Merci à Daniel Roy qui a constitué cette liste.)

Et la liste n’est pas complète. On pourrait ajouter les redevances ridicules qui ont été imposées pour l’utilisation commerciale de notre eau.
Le scandale des projets hydroélectriques, une technologie d’un autre âge.
Le Plan Nord du PLQ qui vendra les ressources du Québec à des amis étrangers et locaux pour un prix aussi ridicule que les redevances sur l’utilisation commerciale de notre eau.

Etc.

Attisons notre colère, elle est saine, car c’est cette colère qui nous amènera à faire le ménage au Québec et à se débarrasser de toute cette corruption qui nous ruine.

CLIQUEZ SUR LA PHOTO DE CHAREST JUSTE EN HAUT.

21 février 2011

Le R.I.N.

Le 14 janvier 2011, j'ai démissionné du R.I.N autant comme président que comme membre.

Soyez-en avisés.

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !