15 juillet 2011

Le PQ, s’il veut redevenir crédible, n’a pas le choix.

Premièrement, ce serait « nouveau » malheureusement que le PQ ou vous-même défendiez nos symboles en commençant par notre drapeau. Comment se fait-il que le PQ, ni aucun de ceux qui veulent le changer y compris les démissionnaires, n’a pas encore (?) dénoncé cet outrage à notre drapeau qu’a commis ce policier que plus de 15 000 Québécois en une semaine sont allés visionner dans YouTube) ? Le Devoir, lui, en a parlé, brièvement, mais il en a parlé : Provocation policière- Outrage au drapeau québécois !

Deuxièmement, cesser ce qu’il aurait dû arrêter depuis longtemps, cesser de « jouer le jeu du parlementarisme britannique ». Il ne suffit pas, comme l’a dit Pierre Curzi de changer d’attitude durant la période de questions, c’est la période de questions et tout le reste qu’il faut larguer. De toute façon, le PLQ fait ce qu’il veut et nous vole allègrement nos richesses et nos institutions depuis qu’il est au pouvoir. Le parlementarisme britannique est ainsi fait, c’est un simulacre de démocratie. Mettons-y fin.

Troisièmement, consacrer tout le temps ainsi récupéré à travailler activement à la promotion et à la préparation d’un plan d’accession à l’indépendance. « Vous voulez votre pays ? Votez pour le PQ ! » Finies les tergiversations à la René Lévesque ; le PQ tergiverse depuis sa création. Même lorsque nous nous sommes fait voler le référendum de 1995, personne n’a réagi. Aucune poursuite n’a été intentée contre le Canada pour non-respect de la Loi référendaire. Aucune plainte aux organismes internationaux contre le Canada n’a été déposée. On a tergiversé, porté des accusations pour se déculpabiliser et reporter la faute sur les « autres ». Quelle erreur ! Le constat a été fait depuis que si la région de la Capitale nationale avait voté plus fortement pour le « OUI », nous aurions aujourd’hui, notre pays.

Quatrièmement, rédaction de la Constitution de la République du Québec.

En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !