30 septembre 2011

Enquête publique sur les exactions du PLQ !

Pourquoi Charest maintient-il les caméras et les projecteurs sur son refus d’instaurer une enquête publique ? 

Pendant ce temps-là personne ne parle du transfert des droits d’explorations ayant appartenu à l’Hydro Québec vers des intérêts privés dans des circonstances et conditions qui demeurent nébuleuses, de la cession à vil prix du bien public par Hydro-Québec à des entreprises où on retrouve plusieurs ex-libéraux. : Pétrolia, Junex et Gastem. 

Ce bien public, notre richesse collective est distribuée au tizamis. 

Il faut donc une AUTRE commission d’enquête publique sur ce dossier. 

En fait, l’idéal serait une Enquête publique sur les exactions du PLQ.

28 septembre 2011

Normand Lester donne un exemple de commission à huis clos !

Normand Lester nous donne un exemple de commission à huis clos: La Commission Grenier sur Option Canada (Le vol du Référendum) (JCP)

Regardons un peu l’expérience de la Commission Grenier chargée de faire la lumière sur les agissements illégaux d’Option Canada durant le référendum de 1995. En fait, de lumière, il n’y a eu point, ni durant, ni après. On peut même affirmer que le Directeur général des élections d’alors, Marcel Blanchet, avait justement comme principal objectif de mettre le couvercle sur une crise de confiance quand il a décrété le huis clos.

L’ex-juge Bernard Grenier l’a bien compris d’ailleurs en ordonnant, à la fin de son rapport, que toute la preuve, tous les témoignages, toutes les transcriptions, toute la correspondance, tous les mémoires, toutes les notes sténographes, et j’en passe, demeurent confidentiels.

Avant la tenue de cette commission, les journalistes avaient la liberté d’enquêter, mais après il est devenu quasi impossible, car les personnes concernées pouvaient invoquer pour toujours l’ordonnance de non-publication du commissaire Grenier.


En fait, notre pays, nous l'avons, mais nous n'osons pas en prendre possession !

À nous d'agir et de cesser d'avoir peur !